Être le globe frontal par intérim de son enfant

Jennifer Kolari est thérapeute familiale et autrice du livre « Connected parenting: How to raise a great kid ». Pour elle, un parent est un lobe frontal de substitution pour son enfant. Le lobe frontal met plus de 25 ans à arriver à maturation Le lobe frontal, cette partie du cerveau responsable de l’organisation, de la motivation, de la prise de décision, de l’inhibition, du sens des…

Lire la suite

Ne plus avoir peur du laxisme

« Attention à ne pas tomber dans le laxisme! » La phrase est lâchée.  Comme un épouvantail, elle vient semer le doute dans notre esprit et teinter notre enthousiasme. C’est le croque-mitaine des parents bienveillants.  Et je ne crois pas me tromper en disant que tous les parents qui tentent d’être plus compréhensifs et respectueux avec leurs enfants sont assurés de l’entendre au cours de leur cheminement….

Lire la suite

Une interaction à la fois

Je vous partage aujourd’hui, un texte que j’adore de Pam Sorooshian. Il m’a bien souvent aidé à tenir le cap. Vous pouvez retrouver la version originale sur le site de Sandra dodd en suivant ce lien https://sandradodd.com/peace/becoming.html Une maman demandait comment on pouvait changer son attitude, arriver à prendre le temps de se calmer avant de parler ou d’agir au lieu de réagir violemment et…

Lire la suite

Donner confiance à ses enfants en valorisant les efforts et les erreurs

Psychologue et professeur de à l’Université de Stanford, Carol Dweck est à l’origine de la notion d’état d’esprit en expansion (growth mindset) qu’elle oppose à l’état d’esprit figé (fixed mindset). Dans son livre, Osez réussir !: Changez d’état d’esprit, elle explique que les gens avec un état d’esprit en expansion ont plus de succès et sont plus heureux. Selon elle, les parents peuvent influer sur…

Lire la suite

Questionner ses non et dire oui dès que possible

C’est vrai avec un tout-petit et sans doute encore plus vrai avec un ado Sandra Dodd proposait aux parents d’imaginer avoir à sa disposition un petit carnet de « bons pour dire non » jusqu’aux deux ans de son enfant. Je ne me souviens plus du nombre exact qui importait peu de toute façon.  L’idée était de limiter nos non  afin qu’ils gardent de la valeur.  Si on…

Lire la suite

Un enfant ne sait pas

‘appuyer là où ça fait mal’

Non, nos enfants ne savent pas « appuyer là où ça fait mal ». Ils ne font jamais exprès de nous blesser. Ils n’ont jamais l’intention de nous provoquer ni de nous mettre à l’épreuve. Ils font simplement leur taf d’enfant. Ils ont les comportements normaux et souhaitables liés à leur âge et à leur stade de développement. Mais si nos parents ont mal réagi, dans notre…

Lire la suite

Ces comportements qui nous donnent envie de crier sur nos enfants

et qui ne devraient pas

[Avant toute autre chose, je tiens à préciser qu’aucun comportement ne justifie qu’on tape ou qu’on crie sur un enfant.] Notre bébé nous regarde avec un grand sourire et alors qu’on vient de lui demander de ne pas le faire, renverse tout le contenu de son assiette. Il joue sans arrêt avec sa nourriture. Il met la peinture ou la pâte à modeler à la…

Lire la suite

Servir de garde-fou à l’autre parent

Faire front contre la violence afin de protéger nos enfants L’éducation traditionnelle nous met en garde contre le fait de se contredire devant nos enfants. Il faudrait soi-disant toujours donner l’impression que l’on soutient l’autre parent sans faille et que l’on est d’accord avec lui quoiqu’il fasse. Si je suis d’accord pour éviter à nos enfants (et à nous-mêmes!) de violentes disputes, je pense au…

Lire la suite

Prendre au sérieux les chagrins des enfants

Pour illustrer cette citation, je partage aujourd’hui un souvenir retrouvé dans le journal que je tenais quand mon plus grand était tout petit. Dans notre cas, il ne s’agissait pas de cailloux mais de… glands 😄 C’était il y a 10 ans et mon fils avait alors 5 ans.  Comme nous le permettait notre choix de vie, nous profitions, avec des amis, des belles journées de…

Lire la suite

Ne plus culpabiliser pour rien

Culpabiliser à bon escient. Se sentir coupable parce qu’on a tapé ou hurlé sur son enfant, oui. C’est même plutôt bon signe si cela nous empêche de dormir, nous serre la gorge et nous tord le ventre. Si l’on ne ressentait aucune culpabilité, cela voudrait dire qu’on trouve cela normal voire nécessaire ou, tout aussi triste, que l’on a fini par s’habituer. Mais ensuite, il…

Lire la suite