Bien sûr, en théorie, aucun parent ne se veut l’ennemi de ses enfants. 

Pourtant, dans les faits, on peut entrer dans des luttes de pouvoir, des relations conflictuelles et les enfants peuvent finir par percevoir, parfois à tort, parfois à raison, leurs parents comme des adversaires. 

Comment en arrive-t-on là ? Pourquoi alors que les parents ne veulent en principe que le bien de leurs enfants, en viennent-ils à recourir aux punitions, aux cris, aux fessées… Qu’est-ce qui finalement nous monte les uns contre les autres quand on ne rêvait, au départ, que d’harmonie, d’entente et de complicité?

En fait, cela commence très tôt. 

Je me souviens que mon fils n’avait que quelques jours lorsqu’une adorable puéricultrice qui se voulait rassurante m’a dit : « Vous pouvez le consoler et le prendre dans vos bras puisqu’il le réclame. Ne vous inquiétez pas, ce n’est qu’à partir de 6 mois que commencent les caprices. » J’ai été soulagée de savoir que je ne faisais rien de mal en répondant aux demandes de mon nouveau-né, mais en même temps, cette mise en garde sur le cap de la mi-année m’avait laissé un goût amer. Il me faudrait donc très bientôt me méfier de ce petit être tout innocent, et ne plus lui faire confiance à 100% ? 

Je ne sais pas pourquoi j’ai ressenti ça car je n’avais aucune attente spéciale à ce sujet. Je sais juste que je n’avais pas envie de ça.

Je voulais pouvoir faire confiance à mon bébé, je voulais qu’on apprenne à se connaître en toute sécurité, qu’il n’y ait ni méfiance, ni défiance entre nous.

En fait, pour être franche, je ne le verbalisais pas du tout ainsi sur le moment. C’était juste un sentiment flou, une envie d’autrement.

Ce que j’ai découvert ensuite m’a permis d’aller vers cet « autrement ». Parmi les idées fausses dont je suis revenue et qui, à mon avis, nous mettent en difficulté: – Les enfants font des caprices – Les enfants nous testent – Il faut poser des limites (cela ne signifie pas qu’il n’y a aucune limite)… Je les appelle des épouvantails à parent car à l’instar des épouvantails des champs, elles nous font peur et nous éloigne de ce que l’on voulait atteindre avec nos enfants.

(Visited 75 times, 1 visits today)

Laissez-moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *