Je vous partage aujourd’hui, un texte que j’adore de Pam Sorooshian. Il m’a bien souvent aidé à tenir le cap. Vous pouvez retrouver la version originale sur le site de Sandra dodd en suivant ce lien https://sandradodd.com/peace/becoming.html

Une maman demandait comment on pouvait changer son attitude, arriver à prendre le temps de se calmer avant de parler ou d’agir au lieu de réagir violemment et crier.

Sa dernière question était celle-ci: “Comment changer pour de bon et pas pour quelques jours ou quelques instants? La pratique, j’imagine? Des suggestions?”

Et voilà la réponse qui lui avait été faite par la génialissime Pam Sorooshian:

“Arrête peut-être de penser en terme de « pour de bon » (plutôt qu’en terme de jours ou même d’instants)… Ça va juste te mettre encore plus la pression, et ce n’est vraiment pas ce dont tu as besoin en ce moment.

Et si tu décidais juste de changer la prochaine interaction que tu vas avoir avec ton enfant.

Arrête de lire tes mails là, tout de suite, et fait quelque chose de “préventif” – quelque chose qui aide à construire la relation à tes enfants. Prépare-leur un petit plateau de crackers et fromage (N.D.T: c’est une liste de discussion américaine, chez nous, cela pourrait être des crêpes, du pain perdu, des fruits, du jus de fruit ou des biscuits qu’ils adorent), et apporte leur, où qu’ils soient, sans qu’ils aient eu besoin de te le réclamer. Assied-toi sur le sol et joue avec eux. Ou même, va juste voir chacun d’eux, fais-leur un bisou, un câlin, et dis-leur à quel point tu les aimes.

Voilà une première chouette et positive interaction avec tes enfants.

Et ainsi de suite. Change simplement l’interaction suivante. Pense à ce qu’elle soit constructive pour votre relation. 

Même si l’opportunité suivant se présente parce que tes enfants sont en train de se battre, souviens-toi bien que tu désires que cette interaction soit positive pour la relation à tes enfants, et décarcasse-toi pour qu’elle le soit. 

En d’autres mots, tu réfléchis en te mettant à leur place. en imaginant ce qu’ils peuvent penser de toi, de ce que tu dis, de ce que tu fais. Réfléchis à ce que tu aimerais qu’ils pensent. Veux-tu qu’ils se disent: “Maman ne prend jamais le temps de réfléchir vraiment à nos problèmes”, ou “c’est toujours moi qu’elle gronde”, ou “quelle hypocrite, elle ne veut pas nous entendre crier, mais ensuite c’est elle qui nous crie dessus”, “elle me déteste”… etc

Qu’aimerais-tu qu’ils pensent à la place? Quels mots (articulés ou pas) aimerais-tu voir traverser leur esprit? Peut-être, “elle comprend ce que je ressens”, ou “elle tient vraiment à nous aider à résoudre nos problèmes” ou “elle essaie vraiment d’être juste” ou “elle reste calme même quand moi, je ne le suis pas”. “Maman m’aime même lorsqu’il y a des problèmes”.

Et, finalement, tu as peut-être envie qu’ils se fassent cette réflexion:

« Maman nous aidera à trouver une solution”. “Je peux rester calme comme maman même quand je suis énervé.” “Je peux écouter attentivement comme le fait maman quand il y a un conflit.” “Je peux prendre en compte les émotions des autres, comme maman”. “Je peux trouver de nouvelles idées, comme le fait maman quand on a des soucis.”

Rien ne peut remplacer d’être vraiment LÀ pour eux, de vouloir sincèrement les aider à résoudre leurs problèmes. De placer au-dessus de tout notre relation à eux lors de chaque interaction, qu’il s’agisse de jouer ou de travailler ensemble.

Personne n’est parfait. Nous avons tous des regrets. Mais avec mes enfants, qui ont, 13, 16 et 19 ans,  je suis sûre à présent que je ne dirai jamais quelque chose du genre “Je regrette de ne pas les avoir laissé se disputer davantage, ou ” je regrette de ne pas les avoir plus punis”, ou “je regrette de ne pas avoir plus crié”. La seule chose que je puisse dire, c’est que j’aurais aimé être plus patiente, plus attentive, plus calme, et que je regrette de ne pas avoir accepté davantage les difficultés inhérentes à la vie avec de jeunes enfants.

Une interaction à la fois. 

Arrange-toi simplement pour que l’interaction suivante t’aide à construire la relation à tes enfants. Ne t’inquiète pas des autres avant qu’elles ne soient LA suivante. »

Voilà! Un de mes textes préférés de l’une des maman qui m’a le plus inspirée et aidée à être la maman que je voulais être. 

(Visited 103 times, 1 visits today)

Laissez-moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *